navigation

Déclaration des répresentants de l’ex-résistance armée 23 septembre, 2010

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

Agadez, le 22 septembre 2010

 

 

Nous, responsables de l’ex-Resistance armée, réunis ce jour à Agadez, à l’effet d’examiner la situation sociopolitique qui prévaut dans le nord de notre Pays, faisons les constats suivants :

 

 

Au regard de ces constats, faisons  la déclaration ci-après :

 

 

Le gouvernement Nigérien, en plus de n’avoir jamais tenu ses promesses vis-à-vis de l’ex-résistance, n’a jamais associé celle-ci dans la construction de la Paix, ni dans la Sécurité du Sahara, ni dans aucun processus de décision, encore moins dans le déminage des zones de conflit.

 

L’ex-résistance a fait au gouvernement nigérien, toutes les propositions afin d’éradiquer le banditisme résiduel, de prévenir les actes de terrorisme et d’assoir une Paix durable, mais sans aucune prise en compte de la part de l’état Nigérien.

 

La situation actuelle est la conséquence de l’indifférence des autorités nationales, sous-régionales et des pays amis (France, Algérie…) quant au sort des 4.000 ex-combattants abandonnés à eux-mêmes.

 

D’autre part, nous déplorons l’utilisation des images d’archives de l’ex-résistance par certains médias Français, notamment Frane24 pour illustrer les enlèvements d’Aqmi, créant ainsi l’amalgame et la confusion dans l’esprit des téléspectateurs pour associer le terrorisme à une communauté.

 

Nous déplorons surtout le fait d’indexer uniquement la communauté Touarègue pour complicité avec l’Aqmi, alors que les complicités si elles existent peuvent venir de toutes composantes sociales dans le pays le plus pauvre de la sous-région (voir les enlèvements de Français au Nigeria).

 

Nous prenons à témoin la communauté nationale et internationale  quant à notre disponibilité pour soutenir tout processus de sécurisation de la bande Sahelo-Saharienne.

 

 

L’ex-résistance

 

CERA                                                                                                           ACP

Capitaine Mohamed AGIDER                                     Seydou-kaocen MAIGA

Issouf ag MAHA                                                                Elkontchi AWTCHIKI

Boutali TCHIWERIN

Communiqué 29 novembre, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

Tripoli, le 29 Décembre 2009

 

photo ffr_niger  ffr_niger

Le FFR a entamé à Tripoli des pourparlers avec le gouvernement Nigérien sous l’égide de la médiation Libyenne, dans le cadre du processus de Paix que nous avions rejoint récemment.

Une délégation du gouvernement Nigérien conduite par le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur Mr Albadé Abouba, a rencontré la délégation de notre Front, cadres politiques et militaires conduits par le Commissaire à la Guerre, Mr Rhissa Ag Boula.

Lors de cette rencontre, les principaux  obstacles ont été abordés, afin de travailler pour l’instauration d’une Paix véritable et durable. Un chronogramme a été décidé. Les entretiens vont se poursuivre à Niamey, la démobilisation et le désarment interviendront dans les touts prochain jours.

Nous avions exprimé à la délégation nigérienne, nos préoccupations, parmi lesquelles, la situation de certains prisonniers encore détenus, la levée de la mise en garde dans le nord Niger, la réinsertion socio-économique des ex-combattants, et le processus en lui-même.

Le Ministre d’état Albadé Abouba a réaffirmé la volonté du gouvernement Nigérien, d’aller  vers une vraie Paix, et prendra les dispositions pour ramener la confiance entre les différentes parties.

A cet effet, nous sommes heureux de constater la levée de l’état de mise en garde en vigueur dans le nord du Niger depuis plus de deux (02) ans, une façon pour le gouvernement Nigérien, de joindre la parole à l’acte.

Le FFR s’en félicite, et ne ménagera aucun effort pour un retour rapide et définitif de la Paix.

Les deux (02) délégations ont ensuite été reçues le jeudi par le guide, qui comme a l’accoutumée a eu à adresser ses  sages conseils et ses encouragements pour un retour définitif de la paix au Niger.

 

Le Front

 

 

Communiqué 27 octobre, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

Après maintes sollicitations de la part des personnalités Nigériennes et internationales, le FFR informe l’opinion nationale et internationale, qu’il rejoint le processus de Paix en cours au Niger.

Le dialogue amorcé sous l’égide du guide de la Révolution d’El Fatah, le désir d’un retour définitif de la paix, les propositions et les ouvertures  du gouvernement Nigérien,  et sa disponibilité d’aller vers cette paix, sont autant de facteurs qui ont motivé la décision du FFR à rejoindre le processus de paix.

Une délégation de notre front entamera bientôt des pourparlers francs avec les autorités Nigériennes et Libyennes.

Ce sera pour nous l’occasion de découvrir les mécanismes prévus pour le retour définitif de la Paix, et de transmettre au gouvernement Nigérien, et au médiateur Libyen nos revendications.

Le FFR est pour une Paix véritable, définitive  et durable, condition sine qua none pour un développement réel des régions affectées par le conflit.

C’est convaincu de ce principe que nous voulons nous engager et travailler  pour un retour durable de la Paix au Niger.

Le Front

Communiqué 23 octobre, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

Le FFR informe l’opinion nationale et internationale, qu’une délégation du front conduite par le Commissaire à la Guerre Rhissa ag Boula, est depuis hier dans la capitale Libyenne.

 

Cette délégation effectue une consultation sur la situation actuelle, et travaillera avec les autorités locales sur le processus de Paix actuel.

 

Nous rappelons que pour le FFR, la priorité est donnée aux préoccupations des populations Nigériennes, qui face à la démission des autres fronts (MNJ et FPN) qui ont abandonné leurs revendications, ont insisté pour que prenions en compte d’un côté le désir de Paix, et de l’autre la nécessité d’une Justice sociale.

 

Notre front va aussi prendre en compte l’évolution politique actuelle et les récentes législatives.

 

Le Front

La lutte continue 5 octobre, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

Tamgak, le 05 Octobre 2009.

Face aux différentes redditions de certains membres de la Résistance, et cela à un moment où le Peuple Nigérien a plus besoin de Justice sociale, le FFR réaffirme sa détermination à poursuivre la lutte politique et armée jusqu’à ce que l’ordre démocratique et la justice soient rétablis dans notre pays.

La mascarade de Paix qui est organisée à Agadez, où des centaines de jeunes ont reçu des sommes symboliques (200.000 FCFA soit 300 euros) pour déposer leurs armes, est une situation dont seul le régime actuel et les responsables des fronts auxquels ils appartiennent, seront comptables.

Comment peut-on prétendre ramener la Paix sans un programme d’insertion socio-économique ou d’intégration dans les corps militaires et paramilitaires sérieux des ex-combattants?

Cela sert-il le Niger ou plutôt le désir ponctuel d’un régime qui ne veut que reporter le règlement du problème pour plus tard ?

Les responsables des fronts qui ont vilipendé la lutte, avec les centaines de vies Nigériennes sacrifiées (des deux côtés), ont trahi la Cause pour laquelle des milliers de Nigériens continuent de souffrir, et ils répondront tôt ou tard de leur Trahison.

Qu’il s’agisse d’Aghaly ag Alambo ex-Président du MNJ, ou d’Aklou Sidi Sidi Président du FPN,  aujourd’hui on sait qu’ils roulent pour leurs gibecières et que désormais, leurs seuls souhait est de collaborer à l’assassinat du Peuple Nigérien et la liquidation de la Démocratie.

La capitulation prévue ces jours-ci à Tripoli en sera l’acte final, avant que l’Histoire ne les rattrape, car la lutte va continuer puisque désormais elle a été purifiée de tous les opportunistes.

Le FFR n’ira ni à Tripoli ni à Agadez pour déposer les armes de cette façon.

La seule Paix qui vaille sera celle qui prendra en compte les revendications légitimes des populations.

Nous disons NON à une Paix sans condition.

NON à une Paix sans accord.

NON à la violation de la Constitution.

Et jusqu’à preuve du contraire, nous luttons contre le régime de la 5ème République du Niger.

Le Peuple Nigérien est Vaillant, il a toujours su se relever dans les situations les plus difficiles, et nous le prouverons.

De l’armée
Elle a prouvé qu’elle n’est plus Républicaine, car elle cautionne activement cette violation continue de la Constitution, et joue le rôle de bourreau du Peuple.

De la classe politique
Elle doit se désillusionner si elle croit que le régime actuel va céder sans qu’elle ne s’investisse d’avantage. Nous sommes prêts à accueillir tous ceux qui veulent s’investir dans la lutte pour la Démocratie, mais qu’ils sachent que cette lutte peut durer des années, et non des mois. Il faut beaucoup de patience et d’abnégation, car en face, l’ennemi est un régime prébendier qui puise dans les caisses du Trésor national pour nous combattre et se maintenir au pouvoir. C’est une des raisons qui ont poussé beaucoup de Combattants de la Liberté du MNJ, à capituler.

Il faut plus d’initiative de désobéissance civile, et ne plus essayer de fuir le combat.

Le Peuple Nigérien a besoin d’Hommes forts et déterminés pour les amener vers la victoire.

« On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs ».

Nous sommes ouvert à tous ceux qui rêvent d’un Niger Juste, Libre et Démocratique, pour une Lutte Digne et Honorable.

Et tous ceux qui partagent nos aspirations qui sont celles du Peuple, nous les attendons pour Redresser le Niger.

 

Le Commissaire à la Guerre

Rhissa ag BOULA

Communiqué de Guerre 20 juillet, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

Dans la journée du 19 Juillet 2009, deux détachements mobiles du FFR, ont intercepté un convoi militaire sur l’axe Agadez-Arlit, et un autre sur l’axe Gougaram-Iferouane.

 

Sur l’axe Gougaram-Iferouane, deux (02) véhicules et leurs assaillants ont été détruits.

 

Le Chef de Guerre

Rhissa Ag Boula

Quelle Paix pour le Niger? 9 juillet, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

Le FFR dénonce fermement, la reddition de certains combattants, et s’insurge contre toute mascarade visant à brader une lutte qui a couté la vie à des centaines de Nigériens combattants comme civils innocents.

 

Le FFR rappelle que le départ de Tandja est un préalable à tout processus de dialogue avec des autorités légitimes de Niamey.

Il est hors de question, de participer à la mascarade qui est en cours en ce moment, et qui est pilotée financièrement par les Libyens, et quelques faucons de Tandja.

 

Le FFR continuera à tenir haut la flamme de la lutte.

 

Le régime actuel de Niamey est en rébellion ouverte avec la république, représentée par la Constitution. Son jeu favori est désormais, d’inventer des « dribles », à la loi fondamentale.

 

Cela a si bien entamé la réputation de notre Pays, que toutes les démocraties du monde, dénoncent ces manœuvres, dont le seul but est le maintien anti-démocratique de Tandja à la Présidence. Même les institutions « inamovibles » en ont fait les frais, à savoir la Cour Constitutionnelle.

 

Il fut une période, où cette violation de la Constitution concernait les assassinats de civils dans le nord de notre Pays, les arrestations arbitraires, et le exécutions sommaires; aujourd’hui que le mal touche la classe politique, nous sommes heureux de constater qu’ils ont été contraints à réagir, et à se mettre en ordre de bataille.

 

Le FFR n’acceptera Jamais le dépôt « sans condition » des armes, car notre engagement n’est pas à vendre, et  l’Injustice au Niger est toujours plus grande et touche tous les aspects de la vie sociopolitique

.

Il n’y a plus d’interlocuteur valable et légitime à Niamey, car depuis bien longtemps, Tandja vogue dans un vaisseau qui défie toutes les lois de la gravité.

Ainsi, pour le FFR, les négociations de paix sérieuses, équitables et respectueuses doivent tenir compte de nos droits et surtout une volonté politique Juste.

La paix, forcément faite de concessions réciproques, est possible à condition que la justice et l’intelligence du temps soient au rendez-vous, et surtout la légitimité.

 Le FFR soutien et soutiendra la lutte des forces vives démocratiques pour pousser Tandja hors du Niger.

La lutte continue.

Le Commissaire à la Guerre

Rhissa ag BOULA

 

Appel du FFR 26 mai, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

 TANDJA HALTE AU BANDITISME CONSTITUTIONNEL 

Le Front des Forces de Redressement (FFR) suit avec beaucoup d’intérêt la nouvelle situation qui est en train de prévaloir au Niger et relève avec beaucoup d’inquiétude que les tensions sociales nées de la dérive autoritaire du pouvoir central se font grandissantes et s’étendent comme une traînée de poudre à l’ensemble des régions. Cet état de fait dont les enjeux sont la préservation de l’ordre constitutionnel fait craindre le pire pour la paix dans le pays, et dans le nord en particulier.

Nous observons également, mieux vaut tard que jamais, que nos frères des autres régions se rendent enfin compte de la réalité évidente que nous dénoncions depuis longtemps et qui nous a contraint à recourir à la force en 2007 pour défendre notre survie et nos droits : Tandja Mamadou et tout le système qui le supporte sont les produits naturels de la force et de la violence, pétris et moulés dans la culture coloniale, incapables de conduite démocratique et de respect des valeurs républicaines.  

Nous mettons à son actif, d’avoir été à l’origine de toutes les rebellions armées au Niger, d’abord en tant que préfet de Tahoua puis ministre de l’intérieur et enfin chef de l’Etat, et cela en abusant de l’autorité de l’Etat qu’il réduit, toujours et partout, à sa propre personne.

Voilà qu’il reconduit l’état d’alerte dans le nord, alors même que pour une fois depuis le début des hostilités, en 2007, un espoir de retour à la paix et à la réconciliation nationale se fait jour grâce à la volonté des mouvements armés, qui  en ont largement donné les preuves, et grâce à la bienveillante médiation de la Libye et du Guide Kadhafi en personne.

N’est-ce pas là un cinglant camouflet au processus de paix à peine amorcé ?

A présent, voilà qu’il nargue la République tout entière dont il attaque les fondements en voulant par la force se tailler une « présidence à vie » ! Encore une fois en abusant de l’autorité de l’Etat comme à son habitude.

Mais cette fois, il encourt le couronnement de son œuvre en suscitant un soulèvement généralisé des forces démocratiques qui va enfin l’emporter, lui tous les « comme lui », fossilisés et rétrogrades qui hantent encore les boulevards de Yantala et la vieille Dame de la place de la Concertation (Assemblée Nationale).

Le FFR ne sera pas en reste de ce mouvement et en appelle à tous les frères des autres fronts pour contribuer avec la dernière énergie à ce TSUNAMI social, en canalisant nos luttes dans ce flot irrépressible car si les problèmes nationaux trouvaient leurs solutions de cette manière, les nôtres se résoudraient naturellement et pour longtemps.

Pourquoi modifier la Constitution pour satisfaire des desseins personnels, alors qu’on refuse de le faire pour résoudre durablement les problèmes d’une composante nationale ?

En effet, mes chers compatriotes, il nous faut voir au-delà du processus de paix, qui n’est en fait qu’une étape dans la consolidation d’une nation, et œuvrer à l’avènement de textes de lois et d’une justice indépendante qui protègeraient les droits des populations face aux dérives politiciennes et  militaires et face au spectre inquiétant de la radioactivité qui menace la santé humaine et animale et l’environnement.

Prenons dès à présent les dispositions que nous imposent les évènements présents pour préfigurer dans notre région la constitution d’une société civile forte et réactive, à la mesure des menaces qui pèsent sur nos droits, notre sécurité et les sources de nos revenus.

Egalement, souvenez-vous que nous avons, tous en chœur, dénoncé le mutisme et la pusillanimité des élus de la région face aux violations massives des droits de nos parents, aux crimes sordides perpétrés par les FAN et aux exactions innommables commises sur nos biens et notre cheptel;

Elus qui se sont tus quand la misère et l’abandon ont jeté sur les routes de l’exil et de l’errance des milliers de jardiniers et éleveurs fuyant villages et campements et tentant de trouver refuge dans la périphérie d’Arlit et d’Agadez.

Eux qui se terraient quand nous dénoncions la désagrégation de l’économie maraîchère, principale mamelle nourricière des habitants de l’Aïr, et l’annexion inexorable des espaces pastoraux du fait de l’occupation minières, d’un côté, et de la remontée vers le nord de populations venant du sud, de l’autre.

Chers compatriotes, nous ne pouvons pas nous permettre de rater cette opportunité que nous offre l’histoire de rentrer de plain-pied dans le processus électoral en cours, avec l’espoir, cette fois-ci, de désigner des élus plus attachés à nos réalités et à nos valeurs et plus à même de défendre nos droits partout cela s’impose et, un jour,  de rendre justice à tous ceux qui ont été brimés et expropriés illégalement.

Autour de nous, que de nations et de peuples sacrifiés sur l’autel des intérêts des Sociétés extractives et des capitaux étrangers.

Nous ne serons pas de ceux-là !

Et nous en faisons ici-même le serment solennel que tout investisseur qui ne respecterait pas le droit des Populations Autochtones et leur milieu naturel sur les terres de nos ancêtres, nous trouvera sur son chemin, et que cela soit considéré comme une mise en garde à l’endroit de tous ceux qui croiraient le terrain conquis et qui pensent pouvoir désigner à la tête de nos Etats des âmes damnées acquises à leur cause.

Ce combat-là est un devoir patriotique, nous le devons aux générations futures car ce qui se profile à l’avenir, et si nous persistons dans la désunion et l’hédonisme, sera, pire que le « génocide par substitution » dont parlait Aimé Césaire : l’extermination pure et simple de notre communauté et de toutes ses traces culturelles.

Aoutchiki KRISKA président du front

Communiqué de presse du FFR 1 mai, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

Le Front des Forces de Redressement (FFR), réaffirme son attachement au processus de paix engagé en Libye, mais déplore le mutisme qui a suivi les déclarations d’intentions de Syrte.

Les efforts déployés par le Guide de la révolution Libyenne, Amghar Mouammar Khadaffi, Président de l’Union Africaine, ainsi que sa volonté de faire aboutir le processus de Paix dont il est le principal médiateur, méritent que les acteurs de part et d’autre (Libye, Niger et fronts armés) mettent de côté les préjugés et la négligence au profit de la réconciliation nationale.

Les Nigeriens dans leur ensemble, avaient nourris l’espoir d’un vrai retour à la paix, à l’occasion de la Journée Nationale de la Concorde du 24 avril dernier, mais au lieu de cela, le gouvernement privilégie les intérets de la multinationale AREVA au détriment de ceux du Niger en mobilisant des moyens colossaux pour l’inauguration du site uranifère d’Imouraren situé dans la zone du conflit et prévu pour le 4 mai prochain; alors qu’aucun effort sérieux n’est conssenti pour la Paix.

En cela le FFR, prend les Nigeriens à témoins de cette mise en scène qui cache des intérets mercantiles et non l’intéret de la Nation ni celui des populations civiles.

Le peuple Nigerien mérite qu’un processus de Paix sérieux soit entamé au lieu de se livrer à des démarches informelles qui visent à divertir l’opinion Nationale et Internationale.

Ceci exige qu’un effort soit consenti, notamment :

  • la signature d’une treve,

  • la levée de la mise en garde dans la zone de conflit (où en particulier se situe la future grandiose Mine d’Uranium),

  • la libération des prisonniers civils,

  • le retour de l’armée dans ses casernes,

  • l’amnistie,

qui ne coutent rien à l’Etat.

Nous invitons les parties prenantes à faire honorable amende de nos sérieuses préoccupations, d’autant plus que la Libye ne menage aucun effort pour l’Instauration d’une Paix Durable dans la bande Sahelo-Saharienne.

Le front

 

 

Syrthe (Libye): vers la réconciliation des Nigériens 8 avril, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Communiqué , commentaires desactivés

delegation syrte 

Le Guide de la révolution Libyenne Mouamar Al khadafi a présidé une cérémonie officielle lors de laquelle il a reçu la délégation gouvernementale du Niger conduite par le ministre d’Etat ministre de l’intérieur Albadé Abouba ainsi que les responsables des trois (03) fractions rebelles actives dans le nord Niger.

Dans son intervention, Mr Albadé Abouba a remercié le Guide de la révolution Libyenne au nom du Gouvernement nigérien pour ses efforts qui ont rendu possible cette rencontre.

Lors de son allocution le ministre d’Etat a aussi réaffirmé l’engagement du gouvernement Nigérien pour une paix sincère et durable. Il a également souligné la volonté des trois (03) fronts à aller vers une vraie paix.

La résistance armée s’est réjouie de cette rencontre et a unanimement réitéré sa confiance et son entière disponibilité au Guide de la révolution Libyenne et au Gouvernement Nigérien pour la mise en place du processus qui nous conduira à une véritable paix.

C’est dans ce sens que le président du FFR Mohamed Aoutchiki Kriska a exprimé le souhait de la mise en place d’une commission tripartite de suivi de ce processus de paix.
Il a conclu qu’il est plus difficile de faire la paix que la guerre.

Le Guide de la Révolution Libyenne, Président de l’Union Africaine, au cours de son intervention a rappelé son attachement à la Paix et à la stabilité dans le Grand Sahara. Il a exprimé son soutien aux efforts du Président Tandja de sortir le Niger de cette situation d’insécurité qui mine toute volonté de développement.

Il a ajouté que la Libye est un Pays frère du Niger et que toutes les communautés qui y vivent sont issues d’une même grande famille, celle de l’Afrique qu’il va falloir construire main dans la main.

De tout temps, lui et son homologue Nigérien, ont toujours œuvré cote à cote pour la construction d’une Paix durable, et par extension, dans l’édification de l’Union Africaine.
Ainsi, a-t’il conclu que la Libye s’engage à parrainer ce processus de paix qui commencera à Tripoli, et le comité tripartite qui sera mis en place.

Le Front

12

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux