navigation

Anges et démons 21 juin, 2009

Posté par La Voix des martyrs dans : Article , trackback

« O qui avez cru ! Pourquoi dites –vous ce vous ne faites ? C’est une grande abomination auprès d’Allah que de dire ce vous ne faites. » (Coran, 61 :2).

Dans un autre verset, Allah fait l’éloge des croyants, hommes et femmes, qui une fois engagés à faire quelque chose, la respecte scrupuleusement : « La bonté pieuse (al-birû) ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. La bonté pieuse, cependant, est de croire en Allah, au Jour dernier, aux anges, au Livre et aux prophètes ; de donner de son bien, quelqu’amour qu’on en ait, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent de l’aide pour délier les jougs, d’accomplir la salât, d’acquitter la zakât. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu’ils se sont engagés. » (Coran, 2 : 177).

Dans un hadith rapporté par Abou Houraira : le Messager d’Allah (SAW) a dit « les signes distinctifs de l’hypocrite sont au nombre de trois :
1.      Lorsqu’il parle, il ment ;
2.      Lorsqu’il promet, il viole sa promesse ;
3.      Lorsqu’on lui confie un dépôt, il est déloyal. » (Muslim.)

Le mandat Présidentiel ou Ministeriel est un depôt! 

Le FFR se félicite de la décision historique de la Cour Constitutionnelle Nigérienne par rapport au projet de Tandja de prolonger illégalement son mandat présidentiel, et la décision de la CENI (Commission Electorale Nationale Independante) de convoquer les législatives pour le 20août prochain, consacrant de fait la Victoire de la démocratie.

Cette décision qui annule le décret de convocation du referendum prévu le 04 aout, démontre qu’aujourd’hui, la classe politique Nigérienne a pris définitivement conscience des dangers menaçant notre Pays, face aux prédateurs de la démocratie que sont Tandja et son gouvernement, désormais esseulés et mis en minorité.

Comment comprendre un tel acharnement à se maintenir à tout prix à la Présidence, au seul prétexte de poursuivre ses « chantiers » ?

Comment rester sourd à l’appel de la raison ?

Comment oser braver les fondements de la République pour satisfaire un dessein personnel, après 10 années de règne ?

Toutes ces questions ne suffiront pas à cerner le projet désormais célèbre du « Tazartché », car Tandja est lui-même victime de son propre égo démesuré, et d’un lobby qui le manipule pour continuer à bénéficier de ses bienfaits.

Ben Omar, le griot national, désormais maître d’œuvre du projet,  a oublié qu’il a servi un régime présidentiel, celui du Général Baré, dont les assassins sont le bras armé de Tandja, qui leur a façonné une constitution sur mesure qui les protège par son article 141.

Il continue tambour battant, de clamer haut et fort, que la solution réside dans le changement de régime, quand bien même on sait que le problème n’est pas là. 

Quant à Nouhou Arzika, malgré sa mésaventure de Dosso, il continue de justifier l’injustifiable, seulement parce qu’il lui a été promis de briguer un portefeuille ministeriel si Tazartché passe.

Leurs agissements ne font qu’aggraver leur cas, et attiser de plus en plus la Haine entre Nigériens.

La démocratie est avant tout, le jeu de l’alternance, et qui a été acquise par les Nigériens au prix du sang dans les années 90.

Aujourd’hui, on constate qu’on veut nous ramener 20 ans en arrière, en corrompant les étudiants auxquels on offre des bourses et des aides sociales pour le retour au bercail, pour les faire taire.

Et pourtant, il fut une époque, où rien, oui rien ne pouvait corrompre le syndicat estudiantin !

Il est temps pour Tandja et ses alliés, de se ressaisir, car leur défaite est internationalement saluée comme un acte hautement démocratique.

Rien ne peut plus arrêter le mouvement « anti-tazartché », et ceux qui ont des promesses de promotion ou de nomination, peuvent aussi réfléchir, car demain, ils répondront de complicité pour « Haute trahison ».

Du côté du nord de notre pays, la population subit des pressions, et certains ressortissants de la région se livrent à des campagnes pré bandières en vue de profiter des fonds mis à la disposition du projet herculéen du « Tazartché », et des fonds de la Paix de la Libye.

Nous les appelons à plus de dignité, car même s’il est vrai que le marasme économique peut conduire à toutes les bassesses, l’Honneur, la Dignité n’ont pas de prix, face à un régime liberticide, « démocraticide », qui pille le trésor national, tue les civils, viole la Constitution, emprisonne les politiques, mettant en péril les fondements même de la République.

Tandja veut transformer le Niger en Autocratie, afin d’égaler et dépasser les 13 années de dictatures de feu Seyni Kountché (1974-1987).

On rappelle également aux multinationales dont Areva, le danger qui plane sur l’exploitation anarchique des ressources minières qui a lieu avec la caution du régime actuel, et la destruction de l’environnement dont ils sont responsables.

Elles ont participé à une guerre qui n’est pas la leur, et aujourd’hui, le Peuple Nigérien tout entier veut la Justice, et elles répondront inévitablement de la non-prise en compte des aspirations des populations locales quant à l’exploitation des sites miniers sans leur consentement préalable, et sans dédommagement.

Aujourd’hui, nous sommes heureux de constater que tout le Niger a découvert le visage du monstre que nous combattons depuis 3 ans : le régime Tandjaouide ; qui a bradé les terres des autochtones, et dilapidé les revenus de l’exploitation pour massacrer d’innocents civils.

C’est un régime incapable d’instaurer un dialogue pour la Paix, car il faut être dupe pour penser qu’après tous les sacrifices consentis, les mouvements armés, accepteront une « paix sans conditions », qui plus est, condamne certains de ses dirigeants à l’exil.

Faut-il rappeler que cette condition est une violation flagrante de la Constitution en son article 15 ?

Ceux d’entre les anciens rebelles qui prônent une « paix sans conditions », n’ont jamais lutté pour les populations Nigériennes, car leur seule motivation résidait dans leurs ambitions personnelles. Et voila qu’aujourd’hui, ils s’embarquent dans la campagne de maintien de Tandja à la Présidence.

Depuis le début du conflit au nord Niger qui nous oppose à ce régime ethnocidaire, Tandja et son armée, n’ont cessé de violer cette même Constitution (article 10 à 14), en rassemblant toute la classe politique Nigérienne autour de lui, après s’être débarrassée de Hama Amadou qui prônait un dialogue sincère.

D’autre part, l’engagement de la Libye à travers le Guide suprême de la révolution son Excellence Mouamar Khadaffi, qui met tout en œuvre pour l’instauration d’une Paix définitive au Niger en particulier, et dans la bande Sahélo-Saharienne en général, ne mérite pas un tel traitement par le régime de Niamey qui nage désormais dans l’illégalité Constitutionnelle.

Pour tous ceux qui veulent lutter contre ce régime, qu’ils sachent qu’il n’entend pas l’appel de la raison, à moins d’user des leviers sociaux pour éjecter Tandja de son siège, et remettre le pouvoir au Peuple.

Ceux aussi qui pensent que la lutte sera facile, qu’ils se désillusionnent, même s’il est vrai que ce régime est épuisé, et a épuisé les caisses de l’état, car Tandja est entouré de vautours qui savent qu’une fois le Niger libéré de leur emprise, ils répondront devant la Justice pour toutes les insanités qu’ils ont proféré sur les ondes nationales.

Le Président
Mohamed Ag AOUTCHIKI KRISKA

 

Commentaires

commentaires desactivés

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux